Le ch’ti sans peine

Quand on travaille ch’bos, on s’récauffe deux fouos !

 

Quand on travaille son bois, on se réchauffe deux fois.  Evidement, quand on coupe le bois, on a chaud et on a chaud de nouveau quand il brule dans l’âtre.