Forteresse de Mimoyecques – Une des dernières tentatives du Reich – Mai 2016

Lorsque le vent à commencé à tourner lors de la Seconde Guerre Mondiale, Hitler a commandé des « constructions spéciales ».

Outre le mur de l’Atlantique, très visible sur la côte d’opale en raison de sa certitude que le débarquement aurait lieu là, l’étroitesse du Détroit du Pas-de-Calais lui apporte, ainsi qu’à ses ingénieurs, des idées pour bombarder Londres, devenue SA perfide Albion.

En ce jour, c’est à Mimoyecques que nous nous rendons pour une visite combinée de la forteresse souterraine et au dessus de celle-ci afin de comprendre son inutilité après les bombardements alliés.

IMG_0148

La photo le montre bien, les galeries ont été creusées dans le plateau crayeux de l’arrière pays de la région des deux Caps.

C’est une main d’oeuvre diverse (prisonniers civils et militaires, locaux disposant de connaissances spécifiques, …) qui a œuvré sous les ordres des forces allemandes à la réalisation ce ce dédale de galeries.

Aussi appelée « le canon de Londres », cette base dont le nom de code était « Wiese » (prairie) devait permettre d’envoyer des obus à charges multiples (V3) vers l’Angleterre.

IMG_0159

Pour faire « simple », cet ensemble de canons de 5 x 5 éléments sur deux sites distants de 1000 mètres, devait pouvoir envoyer 600 obus par heure sur Londres.

La forme du canon reconstitué ci-dessus se doit d’être expliquée.   L’obus est lancé de façon classique mais, pour lui donner une vitesse capable d’atteindre la capitale Britannique, des charges latérales, déclenchées par cet obus, explosent et le propulsent d’autant plus vite.

Si les « puits » de lancement obliques (voir ci-dessus) ne pouvaient pas être orientés, c’est en jouant sur la charge d’explosifs que ce « canon » pouvait être réglé.

A l’intérieur, l’homme et la nature ont laissé des traces… si cette génératrice est totalement humaine, les concrétions sont naturelles.

Une photo ci-dessus évoque les deux… la nature dont le sol bouge, créant des fissures, et les « marqueurs » laissés par l’homme pour juger de la gravité de celles-ci.

Les alliés ne comprenaient pas le rôle de cette base mais en connaissaient l’existence.  De novembre 1943 à août 1944, le site fut copieusement bombardé.  C’est le 6 juillet 1944 qu’un attaque à l’aide de bombes « Tallboys » qui fit sans doute les plus gros dégâts.

Le 12 août 1944, le bombardier B-24, télécommandé vers ce site, piloté par Joseph Patrick Kennedy  (qui devait sauter en parachute avant l’impact) explosa prématurément. Il y perdit la vie au dessus de l’Angleterre.

Après cette visite, une guide nous emmène au sommet de la forteresse, c’est là que nous apprécierons les dégâts occasionnés à l’ouvrage par les bombardements… surtout celui du 6 juillet 1944.

La progression de la 3ème Division d’Infanterie Canadienne chassera les occupants des lieux avant tout combat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s