Boulogne-sur-Mer – Promenade sur la « Florelle »

Il fait un temps idéal en ce mois d’août pour une promenade en mer.

A Boulogne, la Florelle offre différents circuits de 1 heure à 4 heures. Nous optons pour celui de la pointe aux oies (1h30).

Depuis le bateau, la vision sur les installations de la rade de Boulogne sont très visibles.

Le phare de la digue Carnot, classé phare en mer, a été construit en 1968. Sa tour de 22 mètres culmine à 25,50 mètres au dessus de la mer. Il remplace un premier phare de 1887. Plus tôt, c’est dès l’an 39 ap. JC qu’un des premiers phares au monde (après celui de Pharos à Alexandrie), fut érigé sous Caligula, sur la falaise. Ce phare est connu sous le nom de Tour D’Odre.

Au centre de la rade, une construction bizarre provoque le questionnement des visiteurs.

Ce caisson devait être rejoint par la digue nord pour constituer un havre pour les transatlantiques. Ce projet fut abandonné en 1970 en raison d’une étude hydrologique qui démontra que les courant générés par les marées seraient dangereux pour les petits bateaux.

La promenade continue vers la pointe aux oies (4 ème photo ci-dessus), en passant devant Wimereux avec les maison typiques de la « Naturelle ».

Vu le beau temps et le calme de la mer, le Capitaine nous offre un petit détour vers le fort d’Ambleteuse, superbe depuis la mer.

Nous passons devant Nausicaã et rentrons au port, des souvenirs plein la tête… et l’appareil photo.

Advertisements

Exposition « Étaples durant la Seconde Guerre » – Hôtel de Ville

En ce mois de mai 2017, la région de Montreuil a vécu un défilé de la Libération ponctué de cérémonies et d’hommages aux anciens combattants, à la résistance, aux victimes militaires et civiles.

Nous n’avons pu être sur place le jour J (les 27 et 28 mai). Nous avons cependant pu visiter l’exposition mise en place par le service Culture et l’Association chère à mon cœur « Mémoire d’Opale ».

L’expo présentait de nombreuses photos de la région sous l’occupation, des témoignages et anecdotes comme ci-dessus et un peu de matériel militaire.

Ambleteuse – Le Fort Vauban

Construit sur ordre de Louis XIV par Vauban en 1680, remanié sur ordre de Napoléon en 1804, pendant le « Camp de Boulogne », ce fort a aujourd’hui une fière allure.

Nommé souvent Fort Mahon, ce nom n’est cependant apparu que vers 1840, suite, sans doute, à une erreur de retranscription. Initialement on l’appelait « Tour ou Fort d’Ambleteuse ».

La visite, surtout commentée par Jean-Yves Méreau, Président de l’association « Les Amis du Fort d’Ambleteuse », est très intéressante et instructive.

Bien qu’il ait déjà fait l’objet de restauration, des travaux sont encore nécessaires. Son sous-bassement a été consolidé côté mer en 2019.

Les troupes allemandes ont aussi, hélas, modifié le fort.

Les photos suivantes montrent l’ancien estuaire de la Slack, sous forme d’un canal. Ce sont Vauban, puis Napoléon, qui voulaient faire de ce lieu un port de guerre contre la Grande Bretagne.

La Madelaine-sous-Montreuil – Autour de la Grenouillère.

Un beau soleil, une lumière parfaite, ça donne envie de marcher et de photographier…

En voiture jusqu’à ce lieu mythique qu’est « La Grenouillère », célèbre grâce au restaurant éponyme d’Alexandre Gauthier, mais lieu-dit dit existait bien avant son implantation.

Ce dernier a d’ailleurs investit l’autre rive de la Canche pour y implanter des carrés potagers accueillant des herbes aromatiques.

Longeons la Canche…

De nombreux canaux de drainage rejoignent la Canche… Nous en longeons un.

Notre parcours nous amène aux moulins du Bacon. Les plus petits datent du XVIème siècle, ancien moulins royaux. Le plus haut date lui du XIXème.

Étaples – Les aménagements du bord de Canche

Depuis quelques temps les quais et bords de Canche de la rive droite prennent une cure de jouvence.

Financées par le Conseil départemental du Pas-de-Calais et quelques partenaires, le Port d’Étaples est en pleine mutation.

Ici, nous sommes à hauteur du parking de Maréis.

L’aspect paysager est mis en avant, tout en utilisant des éléments de la vie marine de la localité.

Le Service des Phares et Balises a trouvé place à cet endroit pour céder la place à un parc pour enfants, derrière la Maison du Port.

Camiers – Le fond des Anglettes

Lors d’une visite guidée par Joël Ramet, sur les traces de Camp d’Étaples, il nous avait parlé d’un endroit assez typique proche du centre de Camiers.

Curieux, nous y sommes allés et avons été séduits par cet endroit dépaysant.

Le fond des Anglettes

Il nous avait parlé de cet endroit car, lors de la Première Guerre Mondiale, le Machine Gun Corps, Corps des mitrailleurs Britannique, y avait installé un camp d’entraînement.

De nombreux artefacts ont été découverts là où siégeait ce camp, dont des insignes de plusieurs corps du Commonwealth.

Ce lieu inspire aujourd’hui le calme, la sérénité… Il est difficile d’imaginer le bruit des mitrailleuses.