Exposition « Étaples durant la Seconde Guerre » – Hôtel de Ville

En ce mois de mai 2017, la région de Montreuil a vécu un défilé de la Libération ponctué de cérémonies et d’hommages aux anciens combattants, à la résistance, aux victimes militaires et civiles.

Nous n’avons pu être sur place le jour J (les 27 et 28 mai). Nous avons cependant pu visiter l’exposition mise en place par le service Culture et l’Association chère à mon cœur « Mémoire d’Opale ».

L’expo présentait de nombreuses photos de la région sous l’occupation, des témoignages et anecdotes comme ci-dessus et un peu de matériel militaire.

Advertisements

Étaples – Les aménagements du bord de Canche

Depuis quelques temps les quais et bords de Canche de la rive droite prennent une cure de jouvence.

Financées par le Conseil départemental du Pas-de-Calais et quelques partenaires, le Port d’Étaples est en pleine mutation.

Ici, nous sommes à hauteur du parking de Maréis.

L’aspect paysager est mis en avant, tout en utilisant des éléments de la vie marine de la localité.

Le Service des Phares et Balises a trouvé place à cet endroit pour céder la place à un parc pour enfants, derrière la Maison du Port.

Étaples – Une reconversion inattendue…

Il est des sportifs qui restent dans leur milieu, qui se recyclent dans la vente d’articles de leur sport, qui commentent dans les médias en tant que consultant…

Certains d’entre-vous se souviennent des commentaires succulents de Roger Couderc dans les années ’70-’80, nous parlant d’un certain casque d’or… Jean-Pierre Rives.

J’ai été surpris de retrouver son nom inscrit au pied d’une sculpture métallique sur le quai d’Étaples. J’ai d’abord cru à un homonyme, mais non, c’est bien le troisième ligne aile du XV de France qui réalise ces oeuvres… surprenantes.

Essai transformé, Monsieur Rives !!!

Étaples – Camiers – Dannes : visite guidée « sur les traces du camp d’Étaples » – 5 mars 2016

Dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre,  le Syndicat Mixte du Montreuillois, l’office de tourisme et le musée Quentovic d’Etaples proposaient une visite guidée sur les traces laissées par la Grande Guerre dans le paysage des communes d’Etaples, Camiers et Dannes.

Après une présentation à l’office du Tourisme, Joël Ramet, archéologue, nous emmène sur le site de la gare militaire de cette époque.

De mémoire, c’est là où il y a un stade de sport de nos jours (avenue Roger de Rocquigny) qu’arrivaient les blessés et où ils étaient « triés » en fonction de leurs blessures.

Photos ci-dessus : ©Jean-Noël Huchez

jno3

Photo ci dessus : ©Jean-Noël Huchez

Nous nous dirigeons ensuite vers l’impressionnant cimetière militaire Britannique d’Étaples.  La plupart des gisants sont décédés à l’hôpital militaire, mais certains d’entre eux ont été victimes des bombardements allemands ou sont morts de maladie.

Ce cimetière recèle des secrets que Georges Poisson, du Musée Quentovic, nous fait découvrir.

Cimetière Britannique d'Etaples

Pour avoir visité le cimetière de Saint-Étienne-au-Mont, nous savions que des travailleurs chinois ont perdu la vie sur la terre d’opale… Un seul d’entre-eux est inhumé à Étaples.  Ce qui nous touche, c’est le respect des autorités Britanniques, sa tombe se trouve derrière un massif de bambous évoquant son pays.

IMG_0049

Dans un square également à part, des soldats Hindous reposent dans ce lieu de mémoire.

Monsieur Georges Poisson nous guide auprès des tombes les plus surprenantes…  Soldats ayant servi en Égypte, soldats allemands morts à l’hôpital, volontaires féminines YMCA servant dans les hôpitaux, soldats de la Seconde Guerre Mondiale… Sans ses connaissances, nous n’aurions pas découvert ces sépultures.

Direction ensuite vers Camiers… Là, ce sont les camps d’entrainement des troupes avant le casse-pipe qui étaient implantés et notamment le « Machine Gun Corp », entrainement au maniement de la mitrailleuse.

Nous terminons notre périple à Dannes, dans les dunes du Mont-Saint-Frieux, où des plots d’ancrage des baraquements sont toujours visibles.

IMG_0062

Une après-midi maussade au niveau de la météo mais enrichissante s’achève sous la pluie et dans la froideur…  le groupe se disperse sans plus de cérémonie… dommage, notre idée était de se retrouver à la brasserie « La Marina » de Sainte-Cécile, propriété de Joël Ramet, (tiens, un nom d’Étaples).

Etaples Military Cemetary – janvier 2016

Non, il n’y a pas eu de combats à Étaples en 14-18 et pourtant, il y a un cimetière, et un immense.

La raison est qu’Étaples et les localités environnantes ont servi de bases arrières aux troupes du Commonwealth.

Camps d’entrainement et surtout hôpitaux anglais et canadiens ont occupé des tentes et des baraquements dans toute cette région.

L’instruction militaire, les conditions de vie et le peu de distractions des militaires étaient tellement éprouvants qu’une mutinerie a eu lieu en septembre 1917.

IMG_0018

Avec 10.700 combattants, le cimetière est le plus grand du Commonwealth en France.

 

Outre des soldats britanniques, canadiens, australiens, indiens, néo-zélandais et sud-africains, 20 femmes y reposent également.

Ce sont des infirmières mais également des volontaires militaires.  660 soldats allemands, prisonniers décédés de leurs blessures, y sont également enterrés.

 

A l’écart, derrière un massif de bambous symbolisant son pays, un ouvrier chinois du Chinese Labour Corp gît.  Fu Pei Chen de Tianjin est décédé en 1917.  Je vous proposerai la photo de sa sépulture dans un prochain billet.

Exposition « D’un regard à l’autre » – Maison du Port d’Étaples – 2015

Mes photos de photos sont déplorables.  Je vous les soumets pour vous donner une idée de la vie d’Étaples avant 1914.

S6307076

La collection, issue en grande partie de la collection du musée Quentovic est intéressante à de nombreux points de vue.

Ici, le pont du chemin de fer, construit à partir de 1847 pour la ligne Amiens-Boulogne.

S6307077

La place où les cultivateurs et maraîchers venaient vendre leurs produits.  Aujourd’hui, le marché d’Étaples attire toujours beaucoup de monde.

S6307080

Un lieu que beaucoup reconnaîtrons… devenu aujourd’hui Musée de la Marine, c’était à l’époque la Halle aux poissons, construite en 1874.

S6307081

Cette photo est commentée dans le fascicule de l’exposition.  Voici ce qui y est écrit :

1904

Tirage papier à partir d’un négatif sur plaque de verre au gelatino-bromure d’argent.

Les enfants ou « margats » selon l’appellation locale, apparaissent sur de nombreuses photographies.  Parfois en groupe, parfois seuls, ils jouent dans les rues ou sur le port et participent activement à certaines tâches comme le débarquement du poisson.  Ils deviennent alors un sujet idéal pour les artistes.  À la fin du XIXème siècle, les jeunes garçons embarquaient sur la bateaux dès l’âge de 8 ans.

S6307082

Une meilleure définition grâce à une reproduction de Daniel Piton pour Wikipasdecalais :

Fichier:Etaples Hôtel Ioos.jpg

Reproduction d’une carte postale de l’Hôtel Loos.  Cet endroit était souvent occupé par des artistes britanniques venus à Étaples et dans la région.  Ils ont laissé nombre d’œuvres témoignant de la vie de l’époque.

Le même endroit à notre époque :loos

 

Lien vers le livret de l’exposition : https://issuu.com/baranes/docs/dunregardalautre_photographiesdetap