Décembre 2016, fête de la dinde à Licques.

C’est notre troisième visite de cette fête, une des plus belles de la région.

Cette fois, nous avons droit à un ciel bleu et à un rayon de soleil. La potée Licquoise est néanmoins la bienvenue.

Au fond, à gauche, notre ami Olivier Prud’Homme, fidèle à va ville.

Cette année, pas de Dindes dans le défilé pour cause de grippe aviaire. Qu’importe, le confréries sont au rendez-vous.

Comme chaque année, l’accordéoniste Michel Pruvot anime les rues et le repas de midi, ambiance assurée.

La fête attire aussi des Britanniques, deux fidèles anglais sont devenus emblématiques du cortège, et, un original irlandais souffle avec enthousiasme dans sa cornemuse.

Sous le chapiteau, pendant l’apéritif, a lieu l’intronisation à la confrérie. Un moment à la fois solennel et festif.

Advertisements

Moulin Saint-Jean à Hesdigneul lès Boulogne.

Ce moulin, qui est resté en service jusqu’à la guerre porte aussi le nom de Moulin de Mourlinghem ou bien Moulin Lhomme, nom d’un ancien meunier.

Sa construction remonterait au XIVème siècle. Il servit, comme le plus souvent à moudre le blé, mais aussi l’écorce de chêne servant à extraire le tan servant à fabriquer les filets de pêche.

Je vous invite à lire l’article que j’avais rédigé l’an dernier : Moulin Saint-Jean

La Chapelle Saint-Louis à Guémy

S’il est un lieu incontournable de la Côte d’Opale, c’est bien le Mont Saint-Louis à Guémy.

De la haut, la vue s’étend sur toute la plaine, jusqu’à Calais, Dunkerque et parfois, même, les falaises anglaises.

L’Histoire du lieu est assez hypothétique, s’il est probable de des druides en ait fait un lieu de culte, c’est à Antoine de Bourgogne dit « le Grand Bâtard de Bourgogne » que l’ont doit la Chapelle qui domine le site.

On suppose qu’il la fit bâtir à l’endroit d’une chapelle, plus modeste, établie là suite au passage de Louis IX, Saint-Louis, pour le siège de la forteresse de Tournehem, tenu par sa garnison au ordre du Compte de Boulogne, allié du Roi d’Angleterre Henri III.

Les troupes de Saint Louis manquant d’eau, celui-ci frappa le sol de son sceptre et fit jaillir une source. Son eau fut réputée pour guérir les écrouelles , fistules purulentes au niveau des ganglions lymphatiques du cou.

Cette fontaine coula de nombreuses années. Un paysan trouvant peut être sa fréquentation dérangeante la tarit en y jetant du mercure. On dit qu’il se desséchât en même temps que la source.

Étaples – Une reconversion inattendue…

Il est des sportifs qui restent dans leur milieu, qui se recyclent dans la vente d’articles de leur sport, qui commentent dans les médias en tant que consultant…

Certains d’entre-vous se souviennent des commentaires succulents de Roger Couderc dans les années ’70-’80, nous parlant d’un certain casque d’or… Jean-Pierre Rives.

J’ai été surpris de retrouver son nom inscrit au pied d’une sculpture métallique sur le quai d’Étaples. J’ai d’abord cru à un homonyme, mais non, c’est bien le troisième ligne aile du XV de France qui réalise ces oeuvres… surprenantes.

Essai transformé, Monsieur Rives !!!

Le Château d’Hardelot… à Condette.

Corrélats : https://monptitbonheur.com/2008/12/03/condette-septembre-2008/

Le temps maussade ne nous avait pas empêché de sortir. Nous avons appris que les jardins autour du château étaient de plus en plus attrayants, nous venons donc les découvrir.

Le château, quant à lui, peut se visiter, mais avec Hugo, nous avons jugé que c’était peut-être scabreux.

Nouveau aussi à proximité, un bâtiment bizarre fait de bois et de bambou, est, en réalité un théâtre de style Élisabéthain. Il a été terminé en 2016.

De forme circulaire, il compte 388 places. Il a remporté le prix de la meilleure construction en bois dans le monde en 2018.

Le phare de Berck

Construit en 1950, il attire les regards par ses couleurs rouge et blanche. C’est le quatrième phare de Berck, le précédent ayant été détruit pendant la Seconde Guerre Mondiale (1944).

C’est une tour cylindrique en maçonnerie de béton. Son architecte est Georges Tourry.

Il a une hauteur de 44,50 m, et culmine à 57 m au dessus du niveau de la mer ce qui lui donne une portée de 44 km.

Berck – épis 17 – Hugo découvre les phoques dans leur milieu naturel.

S’il est un spectacle à voir à Berck-sur-Mer, ce sont les phoques en baie d’Authie.

A partir de deux heures avant l’heure de basse mer, les mammifères descendent le cours de l’Authie dans laquelle ils ont chassé pendant la marée haute.

En ce mois d’octobre 2016, nous les avons fait découvrir à Hugo, 3 ans et demi à l’époque. Je ne résiste pas à vous le présenter, ses yeux pétillaient de bonheur.